Me Contacter

Affichage syndical : un rappel à la règle qui met à l’aise tout le monde !

Episode récent vécu chez un client dans le service informatique : en sortant du siège de l’entreprise avec le DG, nous constatons ensemble qu’un affichage syndical est scotché sur les portes coulissantes à l’entrée et dans le sas d’accueil clients. Ils dénoncent les premières propositions de la direction sur les NAO comme étant du « foutage de gu…. » !

Une situation anormale : l’affichage syndical est réglementé

Le DG me demande, surpris, « c’est normal ça » ?! A l’entrée du site, au vu et au su des clients, fournisseurs, partenaires, stagiaires, visiteurs divers ?? Bien sûr que non … L’affichage syndical doit respecter quelques règles simples : chaque section syndicale dispose de panneaux réservés, vitrés et fermés à clé. La distribution des tracts doit se faire à l’extérieur de l’enceinte de l’entreprise, avec remise à la direction d’un exemplaire du tract au début de la distribution … ce qui n’avait pas été fait.

Surtout, l’entreprise doit s’assurer que tous les salariés peuvent prendre connaissance des tracts syndicaux et que leur affichage n’est pas « invisible ». Les salariés, pas les clients … L’entreprise est fondée à réagir sur l’image qu’elle donne à l’extérieur.

Ne pas enlever – demander au DS de prendre ses responsabilités

Pour autant, la bonne option n’est pas de faire enlever dans l’instant ces tracts affichés de façon un peu « sauvage ». L’employeur n’est pas là pour se faire justice lui même et de réagir brutalement.

La solution idéale, retenue dans l’instant avec le DG, c’est de contacter les 4 délégués syndicaux responsables de l’affichage. Et de leur demander de procéder au retrait des tracts sur les portes dans la demi-journée qui suivait. Occasion de faire appel au respect de leur rôle « d’animateur de leur section » …

Ne pas en rester à l’incident : c’est une occasion de se concerter

Le rappel à la règle ne suffit pas car l’incident, même mineur, donne une occasion rêvée de dialoguer avec les responsables syndicaux. De surcroît dans une entreprise où les DS faisaient un usage intempestif et imprévisible de la messagerie d’entreprise, envoyaient des mails agressifs à tous les salariés sans prévenance et déclenchaient des réunions improvisées dans les open space. A l’inverse, leurs moyens de communiquer avec les salariés, de les informer n’avaient jamais été codifiés et n’étaient pas clairs…

Nous sommes convenus avec le DG de déclencher un entretien de concertation avec chaque DS, bref mais préparé et efficace. Ces entretiens ont permis à la fois de rappeler les règles mais aussi de demander aux OS de faire des propositions, d’exprimer leurs besoins et de s’engager sur leur communication. Pas de négociation d’un accord mais un « gentlemen agreement » qui a permis de rassurer tout le monde et d’éviter tout nouvel incident d’affichage, de distribution, de mails intempestifs ou d’attroupements perturbateurs …

Faire de ce simple incident un facteur de sérénité et de calme … à moindre coût et sans débauche d’énergie !

 

 

 

 

Partager